impression suivre la vie du site
Lis moi avec webReader

Le dé stress en entreprise

par Gilles Diederichs


Vos enjeux : le stress, la nouvelle donne à manager

Le sujet du stress est très relayé par les médias actuellement et pour cause, les chiffres sont éloquents (voir "observatoire" en bas de page)…

Outre le climat social, la baisse de performance et le mal être, le stress coûte en moyenne en France 3 % du PIB soit 51 milliards d’euros.

Le sujet est sensible pour les chefs d’entreprise, d’autant que le dernier « accord national interprofessionnel sur le stress au travail » du 02/07/08 leur donne obligation de suivre l’évolution du stress. La responsabilité pénale qui en découle ainsi que les conséquences sur la performance, l’économie (…) font de ce sujet un véritable enjeu du monde entrepreneurial de demain.

Ce nouvel accord marque une étape capitale dans la prise en compte du management du stress dans l’entreprise. Les chefs d’entreprise sont cependant fort démunis face à cette nouvelle donne qui laisse apparaître : subjectivité, culpabilité, tabou, manque de formation et d’informations, actions « one shot » inopérantes à propos de ce sujet hautement revendicatif.

Pourtant des solutions collectives existent. Initialement mises en œuvre par de grosses sociétés internationales telles que Google, Medtronic, Procter & Gamble (…), elles portent le nom de « well-being program ». L’INRS a d’ailleurs clairement identifié les pratiques les plus efficientes en la matière.
Ici, pas de solution miracle universelle mais une analyse rigoureuse de la situation du stress en trois étapes (voir méthode ILF Pro).

Le résultat de ces démarches impacte directement la performance (jusqu’à 20%), sur l’attractivité et l’image de l’entreprise.

Observatoire du stress en entreprise

- 29% des salariés européens se plaignent du stress d’origine professionnelle (fondation de Dublin, 2000). 47 % des femmes salariées et 29 % des hommes salariés français déclarent éprouver du stress dans le cadre de leur activité professionnelle (France, CSA, juillet 2000). D’après une étude du Credoc : le nombre de stressés à doublé en dix ans.
- selon l’American Institute of Stress, le stress est à l’origine de 75 à 90% des consultations médicales et de 60 à 80% des accidents du travail
- 60 % de l’ensemble des journées de travail perdues ont pour cause le stress selon l’agence européenne pour la sécurité et la santé• selon la CFE-CGC « Le stress professionnel coûte en moyenne 3 % du PIB soit, pour la France, 51 milliards d’euros. » 2006

En 2002, l’agence européenne pour la sécurité et la santé au travail, confirme que plus de 40 millions de personnes sont touchées dans l’union européenne. Le stress y représente 20 milliards d’euros par an en frais de santé et en journées de travail perdues. L’organisation avait donc décidé de lancer dès 2002, la semaine européenne de la sécurité et de la santé (Ouest France du 09.07.02).

En 2004, un projet d’accord a été signé par les partenaires sociaux européens sur le stress au travail.

Depuis 2003, l’ANACT décerne des trophées aux entreprises offrant la meilleure qualité de vie à leurs salariés.

Xavier Bertrand, ministre du travail est beaucoup intervenu sur cette question en 2007-2008 suite aux dramatiques suicides dans plusieurs entreprises françaises, il a notamment commandé le rapport Nasse-Légeron (03/2008) pour poser un diagnostic sur la situation et les solutions à mettre en oeuvre.

Le risque juridique :

Le code du travail, renforcé par la jurisprudence, impose aux entreprises une obligation de résultat en matière de gestion des risques psychosociaux. Le droit du travail prévoit en effet que l’employeur doit "prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité physique et mentale des travailleurs". Actions de prévention et formations sont comprises dans le dispositif à mettre en place.

Ce risque pénal et civil doit inciter les chefs d’entreprise à être très prudents d’autant plus si le stress est finalement reconnu maladie professionnelle, comme le réclame la CFE-CGC, entre autres.

L’accord national interprofessionnel sur le stress au travail du 02/07/08 renforce les dispositions précédentes et transpose en droit français l’accord européen de 2004.

Le stress est une réalité quotidienne, qui fait partie de vos cycles évolutifs. Cette réaction est la preuve que dans un événement donné, le cerveau répond à des stimuli de divers types, à travers des manifestations hormonales, musculaires, nerveuses. Il est évident que le stress à répétition, dit chronique, use l’organisme, fatigue le mental et l’émotionnel. Le stress aigu est temporaire mais peut être très violent (deuil, séparation…), comme une cassure mentale et émotionnelle.

Il y a différentes méthodes pour apprendre à ne pas sur-réagir, à savoir revenir au calme ou dans l’apaisement. Dans le cadre de mon travail et à travers deux ouvrages, j’ai expliqué, en mettant à dispositions musiques et schémas de dé stress physiques et mentales à l’appui (sous forme de chemins de transformation du stress en énergie positive), que l’on pouvait faire du stress un formidable allié de développement personnel. Cela s’apprend, cela se pratique. Voici le type d’intervention que je pratique en entreprise :

Pourquoi le stress doit il être un allié : C’est parce qu’il y a stress qu’il ya manifestation d’adaptation, de changement, de mutation. Le stress n’est pas à combattre, mais à prévenir et à utiliser comme un outil (parmi d’autres) , de votre potentiel de développement personnel. Prendre conscience de cela, est donc déjà un premier objectif qui une fois intégré, deviendra source d’un profond changement intérieur. Car « le potentiel stress » synthétise la mobilisation d’énormément de facteurs tels que les hormones, l’accélération cardiaque, le changement immédiat de l’humeur, un changement complet de personnalité, une porte ouverte aux maux non réglés qui trouvent là un terrain d’expression adéquat pour se manifester…donc une manne d’énergie qui ne trouve cette puissance qu’à certains de ces moments clefs de notre vie ou les repères deviennent difficiles, ou l’équilibre intérieur parfois difficilement acquis se fissure… Donc savoir utiliser le potentiel de changement existant dans ces moments de stress, devient un outil de mieux être très intéressant mais aussi un vecteur d’énergie exponentiel. Car le stress est une énergie, et fonctionne comme un courant dans le corps, à la manière des méridiens d’acupuncture qui relient les organes. Comme eux, le stress circule, amène des vides et des pleins, des froids et des surchauffes, décharge ou est en excès, en surface ou en profondeur…

.Comment le stress devient un allié : en développant l’écoute intérieure 1° Déjà en favorisant l’écoute du langage du corps. Le corps vous parle en permanence. Bien sure tous les signaux sont déjà interprétés par le cerveau, qui envoi les réponses nécessaires afin de faciliter la continuité de la bonne marche de l’ensemble du corps. Mais voyez vous, on fait trop confiance au cerveau pour tout régler. On s’habitue très vite à ne plus prendre garde à tous les clignotants que le corps nous envois. Alors le cerveau prend la relève, et vous laissez faire. Vous compensez par des micros positions, vous choisissez peu à peu une alimentation de substitutions plutôt que de véritable besoin bien ciblé !

Donc d’abord apprendre à écouter le langage du corps est la première nécessité pour ce chemin de bien être. Comment le corps exprime ses difficultés, ses maux, ses alertes…Tout cela s’apprend et se pratique. Ensuite un éclaircissement sur la diététique est toujours bien venu. Calculer ses besoins journaliers réels, comprendre l’alimentation qui aide à réduire le stress, la diététique doit faire partie de votre vie, et donc de l’entreprise. En fonction de votre premier bilan, des mouvements sont proposés, et mises en place pour chacun des participants. Des mouvements issus : de la réflexologie, du tai-chi, des méthodes de relaxation corporelles, du stretching en entreprise…Des chemins diététiques sont aussi mises à disposition. Cela s’apprend, cela se pratique.

2° En favorisant l’écoute du langage mental. Apprendre à utiliser consciemment son concept mental pour arriver à canaliser positivement les événements du quotidien, est la deuxième nécessité pour un chemin de bien être. Nous sommes souvent plein de schémas inconscients qui régissent notre manière d’appréhender le quotidien et la relation aux autres. C’est un peu comme un deuxième cerveau qui arrive à penser en autonomie et en déphasages par rapport à nos véritables besoins dans le présent. Ce langage se décrypte à travers l’utilisation d’outils tels que l’autohypnose, la visualisation créatrice, la sophrologie, la PNL, la méditation, la respiration consciente…Ces grands schémas directifs une fois bien actualisés, il est simple de construire alors consciemment une pensée claire, dirigée, constructive et positive. Et surtout un concept mental qui ne vous coute pas en termes d’énergie utilisée ! Le parasitage de pensées inutiles ou discursives mobilise trop d’attention, de perte de présence dans l’instant… ce qui vous oblige à vous ressourcer plus fréquemment, et encore s’il vous reste une énergie quelconque dans le corps pour rétablir l’équilibre… Cela s’apprend, cela se pratique.

3° En favorisant l’épanouissement du langage du cœur, c’est-à-dire votre chemin d’éveillé, ce chemin qui vous amène satisfaction et contentement. Et c’est ce chemin qui fait de vous la personne équilibrée, qui inclue le travail dans sa vie comme une des portes (parmi d’autres) ouvrant sur la vraie richesse intérieure. Par expérience je peux vous dire que les décisionnaires important que j’ai croisé, l’étaient devenus par le fait de vivre en temps qu’éveillé et non pas en tant qu’acharné du travail ! Cela contraste avec l’image forcené chic et roublard qui serait sensé correspondre à la réussite matériel. Et bien non, l’argent est une valeur parmi d’autres, le travail aussi, mais la richesse intérieur est la seule qui nous suivra une fois parti de cette terre…Donc autant travailler sa richesse intérieur en même temps que celle extérieure, à raison de 6 à 8 heures par jour dans le cadre du travail ! Pour cela, l’introspection, la méditation, l’imagerie mentale, l’expansion de conscience, la compréhension des mondes fluidiques, sont combinées afin que chaque événement de votre vie devienne un élément de votre avance personnelle. L’avantage du travail pour cette évolution : un terrain parfait à raison de 5 jours par semaine… Cela s’apprend, cela se pratique.

4° En favorisant l’écoute par votre cerveau de constructions musicales particulières : En page téléchargement, vous allez pouvoir disposer de musiques dites psychomusicales. Ce terme signifie que les compositions correspondent à un schéma précis de construction favorisant le but recherché : relaxation ou dynamisation, expansion de conscience, endormissement, dé stress…La Musicothérapie démontre au quotidien l’action du son, des fréquences, sur le comportement, le système osseux, les organes, le système mental..Il vous sera appris comment monter de véritables séances de Musicothérapie au travail et comment bonifier vos pauses par l’écoute de la musique, des sons de la nature, du silence… Cela s’apprend, cela se pratique.

téléchargement musique dé stress

.Comment le stress vous aide à comprendre « l’autre ». Nous sommes tous connectés les uns aux autres. C’est d’autant plus compréhensible dans le cadre du travail, ou chacun apporte sa pierre à un édifice commun. Donc quelqu’un en état de faiblesse psychologique ou une personne en pleine phase bénéfique, complète l’enveloppe énergétique de tout le groupe. Il ne s’agit pas ici de dé codifier « l’autre » mais plutôt de comprendre comment on peut apporter une attitude positive et constructive à une situation ou cette personne a son rôle jouer, surtout si elle est en passage difficile. L’aide personnel c’est autre chose.

Comment faire le lien, ou comment aider à amener la situation dans sa phase de bascule constructive, se pratique à travers des séances de décodages gestuels, d’étude du comportement non verbal …Mais aussi de la compréhension des aspects + et – qui sont nécessairement présents dans un groupe. Enfin la compréhension taôiste et énergétique renforce le ressenti, car n’oublions pas que chaque situation comporte en elle les germes de son propre changement, c’est l’impermanence. Et l’impermanence fait que l’on est obligé de se détacher afin d’avoir une vue plus générale, d’où la force du recul et du lâcher prise qu’induisent ces situations. Cela garanti l’obligation d’avancer, comme un garde fou, et c’est très constructif pour chacun de nous ! Apprendre à swinguer avec ces notions dans les périodes actuelles, c’est devenu plus qu’une nécessité, c’est un art ! Les tibétains parlent de sagesse qui se construit dans ces moments là, mais aussi de sagesse folle, donc de prise de risque, de changements soudains par des développements qui ne sont pas toujours compréhensibles au premier abord, surtout pour un esprit épris de rationalité…Accepter le changement, la mutation, la flexibilité d’une situation, sont généralement vécus sous forme de stress. C’est donc important d’utiliser ce stress pour rendre évolutif le présent d’un événement et de l’amener dans sa phase positive. Le stress de l’un va amener la réalisation de l’autre, si cette énergie est bien comprise dés son départ. Cela s’apprend, cela se pratique.

Si votre but est de traiter le dé stress en entreprise dans cet esprit ou si dans un premier temps vous voulez en savoir plus, à vous d’enclencher le mouvement : contact Gilles Diederichs

Copyright Gilles Diederichs 2008-2012 | Mentions légales | Site réalisé avec spip 2.11 Suivre la vie du site RSS 2.0